Dimanche 17 Mars - Longjumeau (91)

 

Brevet qualificatif pour PBP 2019 « La Durocasse », en direction de Chartres puis Dreux pour 200km et 1540m de D+.

http://www.ctlongjumeau.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=17&Itemid=124

Etaient présents : Ivan, Bertrand, JC, Titi, Hub, José, Fabrice et François parti plus tôt.

Sous un temps plusieurs fois dentesque ils ont tous terminé ce Brevet avec le sourire. Grosse partie de manivelles.

Fabrice : "Il partirent à 7 ..

Mais finirent en 2 groupes.
 
Tout avait bien commencé.
Suite à une réparation crevaison vers 40 km longue glaciale et (très) venteuse il m'est soudainement apparu que encore 160 kil...
 
C'est long...
 
Donc le groupe me fatigue !
Non je me fatigue à suivre le groupe .
 
Je lache, mais rassure JC inquiet.
J'ai la trace sur le garmin, de l'eau à manger, imperméable, vélo en pneu neuf, de l'argent...
Bref TVB.
 
Je retrouve tout le monde au 1er contrôle à 62 kil
Tampon je repars en avant dernier devant Thierry.
 
Deuxième partie jusqu'à 110 kil tout seul.
Ça souffle de face grave. Un moment vers 90/100 kil debout sur les pédales en 39/26 sur du Plat ! 13km/h au garmin.
 
Je double des attardés qui me sucent la roue sans aucun relais, c'est la vie.
 
On se retrouve au contrôle avec Thierry, sandwich boisson. On repart.
Tout de suite ça monte et grosse averse de Grésil. J'ai les mains gelées je n'arrive pas à passer la plaque.
Puis ça roule. Come de la neige au bord de la route. Vent désormais favorable. Enfin après 110 kil ...
 
Enfin juste avant le dernier contrôle vers 155 kil 2ème couche de Grésil cette en descente ...
La route blanche.
 
Dernier contrôle tampon et repart presta !
 
On arrive l'effort est plus en endurance je suis en aérobie je pense moins besoin de sucres ça roule (moins vite) tout seul , les routes sont assez belles (forêts)
 
Longjumeau, voilà c'est fait. 200 kil 08h30 23 de moyenne. 
 
De l'audax de l'audax toujours de l'audax"
 
José : "Salut tout le monde, pour vous en donner un peu plus à lire concernant ce BRM qui restera dans nos mémoires...
 
Déjà, dans la voiture avec l'ami Ivan notre planning est prévu, nous allons au départ et vu le contexte météo et d'un commun accord avec les autres nous rentrons nous mettre au chaud et à l'abri car ça vase, ça drache, ça souffle et il fait frais.La suite nous prouvera que non...
 
Sur place, nous croisons  François qui part car pour notre monsieur PBP ce n'est pas cette ambiance qui va le décourager, il en a vu d'autres...
Ensuite arrive un quintet guilleret et sifflotant!!! qui bien sûr nous incite à les accompagner et on se laisse infléchir d'autant que nous apercevons un ciel qui s'éclaircit et la suite nous prouvera que pas toujours....
Au début ça va pas mal la route est mouillée certes mais le vent n'est pas sensible,alors que moi....
 
Nous sortons des zones urbaines et là c'est une autre paire de manches et nous constatons que Titi n'est pas dans l'allure mais pourquoi???Juste une mise en jambes hier de 164 km qui a laissé des traces à bon mais pourquoi???
 
Sur un plateau bien venté crevaison de Titi, chacun se planque derrière un arbre en attendant la-longue-réparation car, ça souffle et ça refroidit la machine. Et après, ce n'est plus pareil, dans le vent Titi et Fabrice ne suivent plus et préfèrent rouler à leur main....
 
Bertrand, Hubert, Ivan, JC et ma pomme allons donc nous échiner dans ce fort vent jusqu'au 110 km là où nous savons-non pas de Marseille monsieur d'ailleurs 1-3 contre PSG-que le vent va enfin devenir favorable.
Mention spéciale à Hubert et JC qui abattent un travail énorme pendant tout ce secteur.
 
Enfin, vent favorable, jolis paysages nous sommes enfin contents d'être venus sauf qu'un énorme nuage sombre, quasiment apocalyptique, nous rattrape et nous inflige une cinglante phase de grésil pendant dix bonnes minutes, qui blanchit la route et nous fait craindre pour notre adhérence mais on s'en sort sans dommage.
 
A près quelques km nous sommes de nouveau contents d'être là et la suite va nous prouver que nous avons tort.
Tous derrière et lui devant, nous rattrapons François à une trentaine de km de l'arrivée qui ne se joint pas longtemps au groupe car il a un problème de pédale l'obligeant à s'arrêter et nous laisse filer vers notre deuxième épisode grésil plus bref mais beaucoup plus violent, ça souffle puissant et la visibilité se réduit de façon inquiétante et puis pouf ça disparaît et le soleil revenu participe au séchage.
 
Les dix derniers km se passent sans encombre on gère prudemment la route détrempée et enfin le gymnase les sandwiches rillettes et Ivan qui se la joue british en les associant avec du thé...
Comme d'habitude nous sommes très contents de la solidarité de notre quintet et d'avoir engrangé de nouveaux souvenirs et partagé ces efforts communs.
 
Le retour maison tranquille après une séance change inconfortable mais dans la lignée de la journée.
En partant on voit arriver Titi ce sacré Titi...Fabrice vous avez lu précédemment qu'il est arrivé et bien sûr l'ami François qui lui, boit une Kro avec les rillettes, non mais...."
 
JC : "Pour confirmer qu'on a bien eu nos 2 séances de gommage et qu'elles ont été de ma faible expérience (par rapport à d'autres) les plus intenses jamais rencontrées...
 
De la pluie à seau d'eau j'ai connu l'Ardéchoise marathon en 2016 qui restera dans mes mémoires sans équivalent mais hier les périodes de grêle à ne plus voir la route, entendre le bruit des pneus roulant sur cette couche et ensuite le grésil à nous fouetter avec douleur ce fût dantesque... Fort heureusement on a dû serrer les dents uniquement 2 fois mais quels moments à passer !!!!
 
Pour le reste le vent on commence à bien l’appréhender maintenant... 
 
Une épreuve qui restera dans nos mémoires assurément."