Dimanche 27 Septembre - La Bresse (88)

En seulement deux éditions, le Granfondo Vosges est devenu une étape incontournable des épreuves Cycling Classics France. Du haut de ses 1650 inscrits en 2019, elle continue de grandir sous l’impulsion de ses paysages verdoyants qui valent vraiment le détour à cette époque de l’année. Cette année encore, il y en aura pour tous les passionnés de vélo avec 3 parcours différents, adaptés au niveau de chacun. 

https://granfondovosges.com/

Initialement prévu pour 7 de l'ECF, finalement seulement 2 : JC et Bertrand sur le 175km qui c'est transformé en 122km par l'organisateur à cause du temps exécrable hivernal.

Granfondo Vosges : 175km et 3500m D+ 

Mediofondo Vosges : 122km et 2700m D+ 

Cela a malheureusement était une des seules cyclosportives cette année...

En espérant une année 2021 plus prolofique sur le plan cyclosportif !

 

Voici les résultats :

Classement Scratch Classement Caté Nom Prénom Catégorie Temps
66 14 DURAND J-CHRISTOPHE M40 04:31:48
213 57 BOURGIER BERTRAND M40 05:26:34

 

 

 

Nbre de finisher Mediofondo : 407

 

Et le compte rendu :

"Dernière Cyclosportive de l'année, cette Granfondo devait permettre de sauver l'année 2020 des compétitions cyclosportives réduites à peau de chagrin par un COVID tenace…

Pour rappel nous devions être au moins 7 sur cette épreuve initialement planifiée le 17 Mai.

Après la période de confinement, puis les congés d'été "open bar" face au virus, la rentrée devait sentir le roussi. Et ça n'a pas loupé puisque les zones rouges écarlates ont resurgi avec leurs lots de contraintes.

Mais les Vosges et le Grand Est étaient cette fois épargnées. Sauf qu'une nouvelle contrainte a fini par pointer son nez… Le temps hivernal… Et dire que le WE d'avant nous étions en manches courtes en Vallée de Chevreuse…

Bref, prévu à 7 nous nous sommes retrouvés à… 2…

Bon, à la décharge des frileux, les prévisions météorologiques ont bien tenu leurs rangs.

 

Le départ de Fontenay c'est fait sous un soleil. La route s'est faite au ¾ au sec mais le dernier quart de parcours nous a refroidi tellement les conditions étaient exécrables… Froid, 4°C, vent violant par rafale, et pluie continue sans trombe d'eau mais qui pénètre profondément.

 

Nous (Moi et Bertrand), avions décidé de participer coûte que coûte pour finir sur une note sportive positive cette année 2020. Bon, on ne vous cache pas que notre inquiétude était bien présente le samedi soir veille de l'épreuve. Dans le village vacances Le Herbau, il n'y avait, guère, que nous ou presque. D'une tristesse…

Vers 22 heures Bertrand consulte le site de Sport Communication et la nouvelle tombe. Annulation de la Granfondo et tous sur la Mediofondo pour cause de temps et température délicates qui ne permettent pas d'assurer une sécurité optimale.

Ma 1er réaction est de l'énervement. J'avais senti venir ce genre de contrainte. L'avant-veille j'avais envoyé un mail à l'organisateur pour m'assurer qu'il n'y aurait pas d'annulation ou contrainte spécifique de la préfecture. Réponse de l'organisateur "Nous vous confirmons que l'événement est bien maintenu. Nous n'avons pas de restrictions nouvelles de la part de la préfecture.".

Bref, si j'avais eu cette information avant de partir, sans doute que je n'aurai pas fait le déplacement. Mais comme discuté avec Bertrand, il en sera sans doute différemment demain en bouclant le parcours. Si la météo se maintien tel que celle de samedi soir, nous seront contant de n'avoir eu que 120km au lieu de 170km initialement prévu…

L'info étant tombée, l'effort n'est plus le même et la gestion de l'épreuve sera différente de celle que j'avais envisagé. Notre inquiétude porte sur la tenue vestimentaire. Être bien couvert est primordial pour ne pas terminer en hypothermie.  De toute façon, l'objectif est de finir l'épreuve et de ne prendre aucun risque. Les routes pour la plupart nous sont complètement inconnues et l'état de la chaussée décidera de notre avenir sur cette épreuve. Ne pas crever et rester sur le vélo.

Et surtout taper dedans pour maintenir cette satanée température corporelle. Le froid et la pluie, ça ne pardonne pas !

Dimanche matin, 06h00, la météo n'a pas changée d'un iota. Ça va être une épreuve de guerrier avec cette température de 4-5°C, cette pluie (heureusement pas trop soutenue) et ces rafales de vents.

Arrivé sur la zone de départ vers 07h30, il nous reste 1 heure pour aller chercher les plaques de cadre et nous préparer… Il y a quand même un peu de monde… Essentiellement des Belges… Nous sommes déjà frigorifiés en allant récupérer le paquetage. Ça sent la journée galère et personne ne râle pour le 170km annulé.

On décide de mettre un max d'habits chauds. Équipé comme pour une sortie hivernale, il reste 08 minutes avant le départ et pas question de s'échauffer. Vu les conditions, la mise en route sera progressive. Il y a quand même du monde dans l'unique SAS de départ (sans doute autour de 450-500 personnes). Nous partons des dernières positions. En attendant le sifflet de départ dans 2min, je grelotte déjà… Stress, froid, ça n'aide pas…

C'est parti pour environ 5h00 de galère. Départ prudent me concernant. Prendre de l'assurance progressivement d'autant que les 1500 premiers mètres se font en montée légère puis 10km de descente.

Globalement les engagés sont assez prudents et c'est une bonne chose. Pas de risques inconsidérés et d'ailleurs je n'ai vu aucune chute ! Alors que la chaussée détrempée aurait pu laisser penser que les glissades aller être monnaie courante…

Bien sûr, les équipés de frein à disques étaient plus à l'aise que ceux à patins… Moi je ne prends aucun risque voir je laisse filer dans l'ensemble des descentes quand je sens que ça va trop vite et surtout dès qu'il y a des épingles et du gravier… Ne pas partir à la faute.

Globalement dans les bosses le niveau des concurrents n'est pas très bon (constat fait avec Bertrand) et il est facile de récupérer les concurrents qui se sont dépouillés en descente et sur les courtes parties planes. Et sur la durée, le froid et la pluie fait le ménage.

En résumé j'ai fait ma course de mon côté, passé ma journée à remonter les groupes ou je n'ai pour ainsi dire pas profité d'aide et aspiration (- de 5% tout comme Bertrand). Sur ce faible kilométrage, tenir sur la durée nous nous y préparons toute l'année donc je savais que j'aurai encore du jus dans les derniers kilomètres. D'autant que je vais à mon rythme et donc je ne subis pas.

Nous avons croisé beaucoup de concurrents faisant demi-tour. Finalement, la pluie aura été présente souvent mais jamais des trombes d'eau, du froid oui, du vent oui mais le tracé escarpé était plutôt en notre faveur. Je me suis même pris à pester autour de 11h00 quand il y a eu une petite accalmie de pluie en me disant que le Granfondo était jouable… Mais très furtivement parce que le dernier tiers du parcours a été compliqué avec, j'ai trouvé, la température en chute libre et ce petit crachin qui revenait ou alors parce que la fatigue se faisait sentir par des jambes dure comme du béton à cause du froid…

Sur la fin, la remontée à La Bresse Hohneck vent de dos, m'a permis de reprendre 3 gars qui commençaient à fléchir et régler 3 autres au sprint avant le demi tour dangereux en fin d'épreuve... Bizarre cette arrivée d'ailleurs... 

Je me suis senti bien du début à la fin hormis la montée de la colline (3km à 9%) ou les passages à + de 16% m'ont fait très mal car limité par un 25 dents. Mais moins dans le rouge que les autres finalement…

Une cyclo faite à ma main ou j'ai repris les groupes les uns après les autres sans chercher à me protéger. Je n'ai pas souvenir d'avoir été doublé hormis 1 gars que j'ai eu à l'usure après un chassé-croisé de 50km.

En résumé, nous sommes faits pour les longues distances à l'ECF. 120km c'est un peu cours mais dans ces conditions climatique la sortie aura été quand même suffisante.

La ou j'ai souffert, c'est au véhicule ou j'ai mis une plombe à me déshabiller et ou je grelottais de froid. Avec la pression qui redescendait, le corps humide et ce satané temps toujours venteux et de plus en plus froid… Contant d'en avoir fini !

 

Bertrand m'a rejoint quelques temps après, lui aussi transi de froid et crevé.

 

  

Nous aurons porté les couleurs de l'ECF dans l'âme plus que de visu. Désolé mais à partir couvert les couleurs ne se voyaient pas trop voire pas du tout…

Objectif atteint, boucler cette épreuve, ne pas avoir de pépin et donc rester sur le vélo. Maintenant, ce doit-être une des cyclos les plus dantesques avec LBL 2019, la Jacques Gouin 2017 et l'Ardéchoise 2016.

Les résultats, comme souvent me concernant avec un tel temps ne sont pas 'dégeux', surtout sur une Granfondo ou le niveau est assez élevé avec un énorme contingent Belge qui truste les 1ères places.

66ème au scratch et 14ème de ma catégorie pour 407 finisher… Sans doute beaucoup d'abandons… Ça explique aussi le classement...

Bertrand aura bien marché lui aussi avec beaucoup moins de vélo cette année il aura été performant : 213ème scratch et 57 en catégorie. 

En connaissant l'enclume qu'il a c'est un costaud notre Bertrand !!!

A l'arrivé l'essorage de ses gants qui aurait permis de remplir ½ litres d'une bouteille vide montrait bien que nous nous étions bien fait arroser !!!

Comme dit à Bertrand, je le remercie d'être venu sinon pas sûr que j'y serai aller seul… Des temps pourris j'en ai connu mais là avec le froid ça restera un sacré souvenir et une fierté de l'avoir fait et surtout d'avoir bien fini !

 

Maintenant retour à la vie normale, au train-train et à la météo automnal … 

JC"