Dimanche 04 Juillet - Ambert (63)

https://www.cyclolescopains.fr/

Pedro régional de l'étape a voulu renouveller l'exercice cette année sur le parcours de La Forezienne.

Patrice O a fait le déplacement pour faire le Grand Parcours.

Mais le temps excecrable aura eu raison de la motivation de Pedro. Retour "a casa" au pied du Col du Beal. Dommage.

Pour une fois qu'une épreuve était maintenu, la météo l'a achevée... 

Et que dire de Patrice ? Il aura finalement bouclé le Grand parcours malgrès l'envie de s'orienter vers l'intermédiaire. Beau classement pour lui. 233 ème et 13ème de sa Caté

 

Et voici les résultats :

Classement Scratch Classement Caté Nom Prénom Catégorie Temps

233           (156km)

13 ONFRAY PATRICE M7 07:37:33

Abandon

Abandon PASDELOUP PIERRE    

 

 

 

 

 

Les comptes rendus :

Pedro : "Et il pleut en ce dimanche 4 juillet  ! Un vrai temps de Toussaint au départ, mais çà s'arrête rapidement. Les jambes ont l'air bonnes, j'opte pour le circuit de 115km, baptisé La Forezienne .

Tout va bien jusqu'à Job où un orage apocalyptique éclate. Je me mets à l'abri et on avise...

C'est un vrai déluge. Il s'agit de grimper le col du Béal  (1390m) que j'ai déjà pratiqué par mauvais temps. Je pense à LBL 2019...et je rentre direct à Ambert .

69km. 1110m de D+. Sans état d'âme "

 

Patrice : "Et pour terminer, comme Pédro, je m'étais inscrit aux copains l'an dernier et j'avais accepté le report. Dimanche matin dans le sas, un quart d'heure avant le départ, une première averse qui donne le ton de la journée. Départ, on sort d'Ambert, crevaison roue arrière...

Tte la sortie sous ces averses, une de grêle au milieu. Je m'apaise en me racontant que je vais opter pour le 135. Le moment venu, 135 à gauche, 158 à droite et... je prends à droite en me disant: j'ai pas fait l'a/r Paris pour pas faire le grd parcours. Vent glacial en haut de Béal. Les rescapés tremblent de froid. Au final, 233 ème et 13 (suis pas superstitieux) ds ma caté.

Et tjrs le même syndrome: à force d'en garder sous la pédale au cas où comme Harpagon avec son or, je rentre sans douleurs aux cuisses. 

Je plaisante pas: vos sorties me font plus mal que mes cyclos. Qd personne me botte le cul, je reste dans ma zone de confort."

Samedi 07 Août - Le Châble - Verbier (Suisse)

Au cœur des Alpes valaisannes, l’Everest du cyclisme en un jour!

https://tourdesstations.ch/

Un défi sportif exceptionnel reliant les stations de la région dans l’environnement grandiose qui le caractérise. Ce challenge répond aux caractéristiques des Marmotte Granfondo Series et Swiss Cycling Top Tour: distance (242km, 133km, 74km ou 34km), difficulté (8’848mD+, 4’700mD+, 2’850mD+ ou 1’950mD+), et cols hors catégorie, dont Thyon 2000 à 2’090m et la Croix-de-Cœur culminant à 2’174m.

L’événement se distingue en proposant un défi unique au monde : « Se mesurer en une seule journée au dénivelé de l’Everest »!

JC a relevé le défi de l'Everest en 1 jour sur l'Ultrafondo de 242km et 8848m D+ avec 11 ascensions.

FX a relevé le dédi de la Marmotte Granfondo de 133km et 4700m D+ avec 5 ascensions.

 

Le Tour des Stations parcourt les paysages enchanteurs du Valais, des vignobles à la haute montagne, en traversant pâturages naturels, petits villages authentiques et stations reconnues à l’international. L’événement a pour ambition de s’ancrer comme la course cycliste Granfondo de référence en Suisse, à l’image de la Marmotte Alpes en France et du Marathon des Dolomites en Italie.

Samedi 7 août 2021 | 04:00 | Le Châble

 
Col du Lein | 11.4km – 7.4% (max 9%)
Ovronnaz | 10.2km – 8.5 % (max 20%)
Mayens-de-la-Zour |
Anzère | 8.9km – 7.3% (max 9%)
Col de Crans-Montana | 17.1km – 5.2% (max 9%)
Vercorin | 9.6km – 8.2% (max 9.5%)
Nax | 6.7km – 5.7% (max 10.5%)
Mayens de Vernamiège | 4.4km – 7.6% (max 9%)
Thyon 2000 | 19km – 5.8% (max 20%)
Nendaz | 10km – 5.5% (max 9%)
Col de la Croix-de-Cœur | 12.4km – 7.1% (max 19%)

 
Riddes | Conthey | Mayens-de-la-Zour Anzère | Crans-Montana | Vercorin | Saint-Martin |
Thyon 2000 | Nendaz | La Tzoumaz | Col de la Croix-de-Cœur | Verbier

https://youtu.be/84qguLAFEic

Samedi 7 août 2021 | dès 06:00 | Le Châble

 
Col du Lein | 11.4km – 7.4% (max 9%)
Mayens de Vernamiège | 12.5km – 8.2% (max 9%)
Thyon 2000 | 19km – 5.8% (max 20%)
Nendaz | 10km – 5.5% (max 9%)
Col de la Croix-de-Cœur | 12.4km – 7.1% (max 19%)

 
Riddes |  Saint-Martin |Thyon 2000 | Nendaz |
La Tzoumaz | Col de la Croix-de-Cœur | Verbier

https://youtu.be/FFBJnwZLPXU

Profils de l'ensemble des cols de l'épreuve :

Roadbook

Les dossards et cadeaux de départ sont à retirer obligatoirement au Welcome Village du Châble (Espace Saint-Marc, Route de Mauvoisin 45) :

le jeudi 5 août 2021 de 16h00 à 20h00

le vendredi 6 août 2021 de 12h00 à 20h00

le samedi 7 août 2021 dès 05h00

 

 Voici les résultats :

Classement Scratch Classement Caté Nom Prénom Catégorie Temps
44 17 DURAND J-CHRISTOPHE 40-49 ans

11:34:45

(la Tzoumaz)

394 64 DOUAY F-XAVIER 50-59 ans 08:03:00

 

 

 

 

 

Nbre de finisher Ultra : 384 - Nbre de finisher Granfondo : 686

Et le compte rendu de FX 

"Parcours de 133Km pour 4700D+ annoncé. Pour le petit joueur que je suis, car JC lui s’attaque à l’ultra fondo qui fait 242Km pour 8800D+

La semaine ne commence pas au top avec des gros coups de fatigues du lundi au mercredi, je m’endors même devant mon écran en journée au boulot le mardi.

Départ jeudi matin pour Verbier dans le Valais Suisse. Je me sens moins fatigué c’est déjà ça.

Retrait du dossard vers 17H30 et direction l’hôtel.

Le lendemain petit test du matériel et petite mise en jambe avec un belge de l’hôtel. Puis casse-croute avec JC et sa famille devant un panorama montagnard magnifique.

 

Le jour J. Départ à 5H55, descente vers le sas de départ dans un froid glacial avec le jour qui commence à se lever.

Départ à 6H30.

Comme d’hab gros embouteillage dans le premier col où il faut passer son temps à doubler. 11km pour 850 de D+. Première surprise en haut avec 1,5km de chemin de terre et idem sur les premiers Km de la descente.

Arrivé en bas on part sur 19km de plat. Pas de relais sur les 9 premiers km avant de voir passer un peloton de hollandais. Je me cale dans leurs roues et je suis la cadence.

Second col. 13 km pour 1100 de D+ avec pas mal de passages entre 9 et 11 qui usent bien les jambes.

Descente très rapide (avec des coup de culs pour bien nous casser les jambes) puis on s’attaque au plus long col de la journée. Le soleil est maintenant bien présent et les températures bien chaudes. 18,8 Km (dont 4km de descente)  et un p…. de mur avec des pourcentages pas possible pour commencer ce col. Comme pour les précédents, un paquet de passages entre 9 et 10 et les 3 derniers Km entre 10 et 11%.

Descente très rapide (pas mal de gars dans les fossés. Ambulances à priori très réactives pour les secours).

On attaque l’avant dernier col. Que 10km celui là, mais un revêtement bien pourri et encore des passages très pentus. Quelques petites gouttes de pluie apparaissent.

Vient enfin le dernier et le meilleur pour la journée.

Le col démarre par 2km de chemin VTT, dans la boue, les cailloux et la pluie vient s’inviter. Une pluie « normale » mais qui rend le terrain bien merdique. Il y a des passages très très raides et il est parfois difficile de trouver de l’adhérence.

Passage dans une station de ski pour le dernier ravito, et le seul Km de vrai goudron. Puis il reste 9km à faire sur un terrai de type gravel / route pour 4X4 ou tracteur. Je ne le savais pas. Cette route pas adaptée à nos roues de vélo est encore plus pénible avec la pluie. Surtout que les pourcentages se situent encore et toujours entre 8 et 10%. De plus en plus de concurrents sont à pieds. Le brouillard commence à s’installer franchement.

A 4km de l’arrivée énorme coup de vent avec grêle puis le déluge. On ne voit rien à plus d’1m. Je m’arrête pour enfiler mon coupe vent. Je suis frigorifié. Au moment de passer la ligne d’arrivée je vois l’arche gonflable s’envoler. C’est un cauchemar.

Il n’y a que quelque tentes ouvertes pour essayer de s’abriter. La descente pour retourner sur Verbier est encore une route très mal entretenue. Impossible de la prendre dans ces conditions.

J’attends frigorifié sous une tente. Une personne de l’organisation me dit d’aller dans le restaurant d’altitude un peu plus loin. J’y vais mais il est petit et déjà rempli de monde (cyclistes et randonneurs). De plus les portes ne font que s’ouvrir et il est rempli de courant d’air.

Au bout de 3h un car vient nous récupérer pour nous descendre à Verbier. Les vélos suivront plus tard dans la soirée. Le cauchemar s’arrête enfin.

 Course très difficile alors avec la qualité de la route du dernier col + la pluie…"

https://live.mso-chrono.ch/live/glive/g-live.html?f=../2021/tour-des-stations-marmotte-valais/TDS.clax

 

Compte rendu de JC :

"Arrivé la veille en Suisse en provenance des Bossons en famille, nous avons pris le temps de prendre un casse croûte avec FX face à une vue splendide des massifs Suisses de Verbier. Le temps est magnifique et chaud.

Logeant avec ma petite famille à Ovronnaz (2ème col de l'ultrafondo), j'ai pu apprécier le passage du dernier col de l'épreuve (la croix de coeur) et la montée qui nous attend très très gravillonneuse ??? Et surtout ultra pentue... Cela promet !!!
 
Je profite de cette fin de journée pour me délacer aux bains d'Ovronnaz avec mes filles et ma femme histoire d'être le plus détendu possible. Très agréable. La nuit sera courte car le départ de l'épreuve me concernant est à 04h00 du matin donc avec éclairage au minimum sur les 2 1er cols. Couché 09h00, endormi 11h00... Levé 1h30... J'ai 1h15 de voiture pour me rendre au départ aux Châbles au bas de Verbier. Pas frais mais de toute façon la veille d'une épreuve les nuits sont toujours agitées...
 
Les suisses sont pointilleux, départ à 04h00 précise.
Image en ligne
 
Départ pas stressant du tout, tout ce que j'aime. Le 1er col monté et le col de Lein (11km à 7,5%). Je roule à mon rythme et déjà 2 groupe se détachent. Rapidement ils prennent de la hauteur. Le temps n'est pas très chaud et je supporte bien la chasuble et les manchettes. Petit à petit je me rapproche du 2ème groupe et voit s'éloigner inexorablement le 1er dans lequel il y Contador, Morabito, De Vecchi, Polveroni pour les plus connus. Le dernier km est en terre sur terrain carrossable avec les ornières typiques en bois... A la lampe je prend toutes les précautions possible et imaginable d'autant que la descente sera sur ce terrain pendant 1km... Casse gueule et ça tape pas mal... 
Très prudent lors de cette 1ère descente qui est longue, je me fais doubler par une 10ènes de gars. Certains prennent des risques inconsidérés avec cette pleine nuit.
 
Sur la courte vallée qui nous mène au pied de la montée d'Ovronnaz j'accroche de gros rouleur pour m'économiser.
 
2ème col du jour 8,5km à 10%, ou il y a de multiples ruptures de pentes à + de 12%, temps frais donc ça va. Je reprends pas mal de monde et je connais la route pour l'avoir faite la veille en voiture. Arrivé en haut du col il fait bien jour maintenant et je coupe la lampe avant pour filler sur une descente endiablée et très propre. Que du bonheurs ! Je me fais doubler par 2 gars mais pas plus. Le trou est fait avec l'arrière.
 
Une cours passage en vallée ou je serrais bien seul... La montée sur Mayens de la Zour  en 2 temps se passe avec un passage de toute beauté à travers les vignes suisses du Valais. Je croise des drônes qui se préparent à filmer la course. S'ensuit la montée d'Anzère avec pour ces 2 parties 9km à 7%. Ca passe. Il ne fait pas trop chaud et la météo est parfaite avec un beau soleil.
 
Col de Crans Montana 17km à 5% parce qu'en 2 temps. Je le monte bien et parvient même à creuser un bel écart avec des concurrents repris au pied du col. Longue descente et certains reviennent.
 
140km déjà effectué mais la suite sera beaucoup plus dure pour moi car à cette heure ci, le soleil cogne et à 28-31°C dans les 2 prochains cols en plein cagnard je n'ai plus le même rendement et ne suis pas au mieux.
Col de Vercorin 9,5km à  8% puis Col de Nax 7km à 6% vont m'épuiser et voir mon compagnon de route, un suisse de Genève qui parle espagnol, me lâcher inexorablement. Mon heure viendra car déjà au loin vers Thyon 2000 les nuages sont là.
 
Je le rejoindrai au ravito du Col de Mayens de Vernamiège (4km à 7,5%). Oui, le soleil est maintenant intermittent et je suis plus dans mon élément...
 
S'ensuit le gros morceau de la journée que nous redoutons tous, la montée du col de Thyon 2000 à presque 2100m avec en préface le mur d'Hérémance et sont % horrible de 13% sur 1km... Comme la grisaille c'est installée je le passe plutôt bien et surtout aucun signe de crampe alors que nous avons presque 200km dans les cannes... Mon compagnon craque et je me fais la belle même si quelques gars me passent. A ce moment je sais que je terminerai l'épreuve, ce qui était un 1er objectif et que je maintiendrai le temps que je m'étais fixé. 20-21km/h de moy.
 
A 2km du haut de Thyon il pleut. Pas fortement mais de façon continue. Il ne faut pas trainer pour espérer une descente pas trop détrempée. Dernier arrêt ravito, passage dans le parking couvert de la station ou beaucoup s'agglutinent pour se protéger de la pluie. La galère va commencer.
Heureusement la descente même mouillée n'est pas trop dangereuse et surtout ça freine encore très bien. Je suis étonnée de voir qu'un français qui m'avait dépassé en fin de montée est à l'arrêt et déchausse même alors qu'il a un vélo à disque... Je le largue même...
 
La montée de Nandaz (10km à 5,5%) se passe bien même s'il pleut comme vache qui pisse. Je suis bien. J'ai une dernière courte descente de 4km et je le dis que c'est gagné parce qu'après ça ne fait que monter.
La descente ça ne freine plus du tout mais heureusement qu'il n'y a presque pas de virage. Une courte montée et la la 4ème dimension. Un dame sous sont parasol en poncho me dit à droite... Petit chemin de terre transformé en torrent avec la pluie et surtout en descente, incontrôlable mais heureusement le terrain grimpe directement dans la terre avec la pluie je ne sais pas sur quoi je roule et surtout ça grimpe sévère entre 10 et 17% sur pas loin de 800m. C'est infernal, je râle et me dis que si je crève je ne pourrais pas repartir d'autant qu'il n'y a personne, je suis seul au monde. Le froid, la flotte m'ont sans doute permis de passer cette portion sans être trop dans le dur finalement quand j'y repense... Cette portion s'appelle la Forêt verte et je l'avais complètement oubliée... Un passage vraiment délicat, sans doute le plus difficile du parcours et avec 220km dans les pattes... Dur dur.
 
Alors lorsque l'on sort de cette portion de 2,4km de terre et eau je suis soulagé même s'il y a une courte descente et que les freins sont inexistants. Je connais la fin et même si la route est merdique ça le fera. Je ne claque pas des dents mais je n'en suis pas loin. Il me reste 10km au dernier ravito que je décide de sauter mais là une dame me bloque et m'empêche d'avancer. Course neutralisée, en haut de la Croix de Coeur il y a de la grêle, on y voit rien et une tempête. Trop dangereux de nous laisser passer.
 
On nous regroupe sous le parking de la station des téléphérique de la Tzouma. La course s'arrête là et les temps sont pris. Dommage mais pour 10km je n'en ferai pas un fromage... Pas de crevaison, des sensations bonnes. Parfait.
 
Maintenant sans efforts je claque des dents est suis frigorifié. Protégé de la pluie mais pas du courant d'air... Il n'y a que 2 couvertures de survis. Nous sommes une 100ène je pense sous ce parking et comme seul consolation une soupe servi dans un gobelet. Maigre consolation pour espérer se réchauffer. On nous demande de monter et de rejoindre la salle des fêtes après 40min d'attente. Monter les marches avec les vélo, traverser sous la pluie pour finalement nous dire que le bus arrive. Rebelotte, traverser sous la pluie, redescendre les marches... Attendre dans le parking. Puis un gars nous crie 10 place encore pour le bus. Peu se manifeste donc j'y vais. Je sorts sous la flotte frigorifié et trempé, je suis d'autres gars et 3 motards de l'organisation et là moi qui m'attendait à voir rapidement le bus... On quitte la station, on descend, on descend... Je râle et je demande à un gars ou se trouve le bus... Dans la vallée qu'il me dit... 10-12km de descente avec des freins inexistants, difficile d'arriver à freiner car gelé... Pas les lunettes sur mon nez pensant que le bus était à 300m... Bref, la partie la plus difficile de l'épreuve...
 
Et en bas, finalement ce sera le train et on nous donne une couverture de survie. Une 50ène de gars enroulés dans des couvertures de survie qui attende le train... Ca a beaucoup amusé les voyageurs d'autant que nous avions envahie les wagons avec nos vélos... Un changement à Martigny et enfin le Châbles pour la délivrance.
 
Quelle épreuve de dingue quand même !!! Accentué par ces 3 dernières heures apocalyptiques.
 
J'en retiendrais une des plus difficiles faites à ce jour avec ces 239km et 8500m D+. Le paysage, les bénévoles souriants et disponibles qui courent pour te remplir les bidons, le top !
 
FX n'aura pas pu profiter des routes propres qui ne sont que très peu présentes sur la Granfondo... 
 
Très particulier ces passages en Gravel, cela rend l'épreuve encore plus singulière. FX et moi n'avons pas crevé et je pense que l'organisateur savait ou il nous envoyait. Les ravitos sont biens achalandés même si les derniers il n'y avait plus de gels... 
 
Bon, il faut quand même être préparé pour se lancer dans ce chemin de croix parce qu'il n'y a jamais vraiment de vallée et tu montes et tu descends tout le temps donc il faut être préparé à rouler + de 12h en solo...
 
Résultat 44ème au scratch et 17ème de ma catégorie. J'ai fait ce que je m'étais fixé donc je suis contant ! Même Contador a abandonné !!!!
 

Bravo à FX qui n'a pas démérité car lui est arrivé au bout de sa Granfondo dans des conditions encore plus terribles !!!"

https://live.mso-chrono.ch/live/glive/g-live.html?f=../2021/tour-des-stations-marmotte-valais/TDS.clax