Samedi 08 Septembre - Abbeville (80)

La Ronde Picarde vous entraîne dans une escapade somptueuse au cœur de la baie de Somme. Initiée par le célèbre journaliste Henri Sannier, l'épreuve qui ne manque pas de caractère attire aussi bien les participants français qu'internationaux.
Il faudra redoubler d’efforts pour rallier la ligne d'arrivée dans la petite bourgade d'Eaucourt sur Somme.
Le parcours ne manque de pas de caractère et peut parfois devenir compliqué lorsque le vent est de la partie. Au départ d’Abbeville, il traverse les terres picardes via Huppy, Oisemont et Buigny les Gamaches pour rejoindre le bord de mer. L’escapade le long de la côte offre un aperçu des charmes de la Baie de Somme de Ault jusqu’à Cayeux sur Mer. Le retour s’effectue par Crécy, Domqueur, Domart en Ponthieu et la côte de Long pour rallier l’arrivée à Eaucourt sur Somme. 
 
Départ : 08:00
Arrivée : Eaucourt
Km & dénivelés : 191 km | 1000 m/d+
Ravitaillement(s) : Le Hourdel| Domart en Ponthieuprofil 12http://grandtrophee.fr/epreuve.php?C=12#course
 
Fabrice et Patrice se sont présentés à l'épreuve pour porter haut et fort les couleurs de l'ECF.
 
Et ce fut le cas vu les moyennes qu'ils ont effectués.
 

et Voici leurs résultats :

Classement Scratch Classement Caté Nom Prénom Catégorie Temps
305 96 LARCHEVEQUE FABRICE 40-49 05:29:04
403 87 ONFRAY PATRICE 50-59 05:50:54

 

Nbre de finisher grand parcours : 614

http://grandtrophee.fr/resultats.php

Compte rendu de Fabrice :

"Un CR/plutôt en mode témoignage de mon expérience sur La Ronde Picarde.

Tout d’abord cette cyclo est programmée par l’organisation car ayant annulé ma participation au GF Vosges il m’avait proposé de m’inscrire sur une autre épreuve du Challenge et aucune autre dates ne me convenait donc à priori inscrit faute de mieux ...

Départ 05h00 de Paris, 2 heures d’autoroute, arrivé un peu avant 07h00, je me gare devant le sas de départ (à 50 mètres) retrait dossard (un seul poste, ça dure un peu ...) du coup pas le temps de m’échauffer du tout, le premier sas est réservé dossards 1/300, je rentre dans le deuxième sas qui précède le 3ème sas (la cyclo 120 kil) et là...

Tout de suite il y a quelque chose qui n’est pas comme d’habitude... déjà ça parle pas Français, des Belges, Néerlandais, Anglais, Allemands et pis des mecs 2 fois la taille de Franck, les cuisses de David à la place des bras ...

JC m’avais dit que ça aller rouler mais là... des bêtes à concours...

1ère cyclo avec le Time Scylon aéro, je suis en 50/39 devant et 11/28 à l’arrière histoire de rester le maximum sur le grand plateau, avec mes CCU en 40mm je fais pauvre, les mecs sont tous en 55/60 mm de jantes... et leurs cadres, taille 68/70 des géants du matos de feu, y en a pour du blé, rien qu’au niveau des roues ...

30 minutes d’attente on discute Matos avec les mecs, Bernard Hinault nous parle, on retarde de 5 min et ça part.

En fait, j’ai 450 mecs minimum devant moi, on bloque les deux files de la route, ça roulotte car on ne passe pas les nombreuses intersections à angle droit, par contre, des crevaisons dès le début et tout au long de la cyclo et des bidons, incroyable le nombre de mecs qui ont perdus leur bidon. Et en peloton un bidon plein dans la roue avant et c’est fini.

J’essaye de remonter mais ça ne passe pas, c’est pas trop violent en fait, mais je fais super gaffe, ça roule comme ça pendant 30 ‘ puis ça part, je reste dans un groupe, ce sera le même du début à la fin, personne ne vas nous doubler et nous reprendrons les cuits des groupes précédents.

Je passe ... mais après 120 kil et D+ 1000, moyenne 36,8 au Garmin... oui, JC ça roule.

Un truc Incroyable, je suis en tête dès que ça monte (mais vraiment un tout petit peu) je prends 200 mètres et ça rentre pas, presque 5’ parfois... c’est pas des grimpeurs du tout, mais alors pas du tout !

Par contre ces sacrés gabarits de géants sont passés maitres dans l’art du placement au vent.

Des champions du monde, fonctionnant en mode peloton, du grand art, à chaque fois je me fais avoir, je suis dans le vent pas eux. Rien n’y fait, tout le groupe roule à gauche sur l’autre voie en sens inverse de la circulation.

J’ai vraiment beaucoup appris lors de cette épreuve par rapport à ça, vraiment très intéressant de rouler aussi longtemps en groupe. Rien à voir avec les cyclos que j’ai fait jusque-là.

En fait on roule avec les cadors du 120 (plaques bleus) partis 5 min après nous on est 70 environs et on roule comme des malades sur la piste en bord de mer, du genre comme quand on rentre à fond, mais vraiment à fond, avant notre petit sprint de fin de sortie, mais là il reste 100 bornes et la route (piste) est pleine de sable de la plage, ils nous quittent à la bifurcation et nous on file sur le 190, à partir de maintenant ça va moins rouler et la moyenne va tomber à 35 au final pour 1600 D+, Je prends mes relais, une toute petite montée et le peloton se scinde en 2. Obligé de m’arrêter au 2ème ravito placé à 170 ! pour manque d’eau, je serai rattrapé par ce 2ème groupe et je finirai avec lui.

Avant j’ai rattrapé un cuit à point qui m’annonce la surprise du jour avec angoisse, une montée d’enfer (un Taquet qu’ils appellent ça ici), bref je me réserve, il me signale deux coups de cul avant la difficulté.

Je les passe encore devant et là je mets le 39 quand même, ça monte, puis... et oui ça descend dans un village, mais là je merde, pas assez d’anticipation et surtout je suis encore seul en tête et je vois que ça tourne à angle droit sur la gauche mais mon cerveau ne comprend pas tout de suite car pas de cyclistes pour m’orienter devant par leur présence, trop tard, je suis trop vite, je freine bloque de l’arrière je relâche, reprend de l’adhérence mais faut que je freine à tout prix, le virage est passé, je suis en tout droit face à une maison de ville, je tente le tout pour le tout, freine de l’avant face au mur de la maison le vélo se cabre de l’arrière retombe j’ai déchaussé à gauche en même temps pour amortir la chute ... Purée il retombe côté droit je parviens in extremis à déchausser...

Content Rosco. Pas eu le temps d'avoir peur.

Je repars immédiatement à fond mais je rentre difficilement sur le groupe qui est passé à toute vitesse, il y a du vent de face, une fois rentré je demande au mec (le cuit en queue de groupe) dans combien de temps la montée du diable, et il me dit « on l’a passée y a 5 kil t’as pas vu »...

 

Bref, un autre monde, Beau temps pas trop de vent, Une chouette expérience à rouler longtemps en peloton, c’est autre chose, différend.

Sale temps pour les grimpeurs par contre, moins de 70 kil passez votre chemin. (enfin presque je fais 68...)"

 

Compte rendu de Patrice :

"Je ne sais pas pourquoi ça m'a pris au milieu de la semaine

mais contrairement au jeune Fabrice, j'ai trouvé un hôtel car me lever à 4h du mat' pour une cyclo non merci

j'avais déjà enquêté sur l'édition précédente: les 10 premiers: que des belges

pour résumer: c'est le parfum de Levallois Cabourg 98% sur la plaque ça va vite et beaucoup de cadors

j'en garde une bonne impression. on est toujours accompagné dans un groupe.

mes seuls regrets m'appartiennent: comme j'ai horreur de frotter, je laisse toujours un mètre entre le vélo précédent et moi, et bien sûr ça ne reste jamais libre

indication descente dangereuse ? 20 mecs me passent sous le nez. Attention gravillons ? 15 autres Etc... etc...

Vers le milieu du parcours je suis dans un groupe qui me convient parfaitement. Heureux comme un roi ça roule bien et vite et je suis sans problème. Et comme d'hab, mon esprit vagabonde, je n'arrive pas à rester concentré et après une rêverie, ils sont à 150 mètres devant moi. Je me traite de triple con, de pauvre garçon bon qu'au cyclo tourisme et encore.

Résultat, je me fatigue seul. je me fais rattraper par le groupe suivant. Comme j'étais furieux, me suis puni en roulant devant en alternance avec un bucheron d'1,90. On largue le groupe à 10 km de l'arrivée, on rattrape quelques concurrents et on se fait l'accolade à l'arrivée. Je le remercie, il me remercie... enfin bref.

Belle journée. Météo idéale: le vent somnolait, et les éoliennes dansaient en mode slow plûtot que rock. On longe la mer, les vacances ne sont pas loin...

En me bottant le cul, j'aurais pu gratter quelques places, mais mon objectif était d'être au moins classé or dans ma catégorie. Obtenu et j'ai même un rabe de 20 mn en moins: 5h50

Ils sont généreux dans leur estimation, ou ce que vous me faites subir sert peut-être à quelque chose.

Donc content mais peut mieux faire. 

Et je croise le Fabrice: l'arrivée n'étant pas à Abbeville, il s'était garé au départ, mais moi à l'arrivée le matin avant de partir.

A recommander

Pat."